LE YÔGA

Yôga est toute méthodologie, strictement pratique, qui conduit au samádhi ”
” Samádhi est un état d’hyperlucidité que seul le Yôga peut fournir ”
De Rose
 

Le Yôga Ancien apprend à mieux respirer, à connaître la manière la plus efficace pour se détendre, se concentrer, travailler les muscles, les articulations, les nerfs, les glandes et cultiver une meilleure qualité de vie. Une pratique puissante qui possède la caractéristique de respecter le rythme biologique de chacun.

Il s’agit donc d’une activité qui développe le tonus musculaire, la vitalité, la souplesse, augmente l’oxygénation des cellules, tout en procurant une sensation de bien-être. Nous suivons les principes et les fondements du Yôga Préclassique, à partir duquel nous avons élaboré une codification contemporaine.

La pratique complète du Yôga Ancien comprend huit types de techniques qui, sans être une activité sportive, procure un perfectionnement du pratiquant à tous les niveaux.

Nous nous adressons à un public jeune, dynamique, décontracté, sain, a l’aise dans la vie, ayant le désir d élargir son cercle d’amis et d’obtenir une meilleure qualité de vie. C’est ainsi que se définissent les pratiquants de SwáSthya Yôga.

SwáSthya Yôga est le nom de la systématisation du Yôga Ancien, de racines Dakshinacharatántrika-Niríshwarasámkhya Yôga. En sanskrit, langue morte de l’Inde, SwáSthya signifie autosuffisance (swa = son propre), et revêt également les significations de santé, bien-être, confort, satisfaction.

Caractéristiques du SwáSthya Yôga :

  1. La pratique extrêmement complète, intégrée par huit modalités de techniqueLa caractéristique principale du SwáSthya Yôga est sa pratique orthodoxe dénommée ashtánga sádhana (ashta= huit ; anga= partie ; sádhana= pratique). Il s’agit d’une pratique en huit parties, à savoir : mudrá, pújá, mantra, pránáyáma, kriyá, ásana, yôganidrá, samyama ;

  2. La codification des règles générales

    Une des contributions historiques les plus notables de notre systématisation fut l élaboration des règles générales, lesquelles ne se trouvent en aucun autre type de Yôga… à moins qu’elles ne viennent à être incorporées à partir de maintenant, par l’influence du SwáSthya Yôga.

    Dans le SwáSthya Yôga les règles aident beaucoup, simplifiant l’apprentissage et accélérant l’évolution du pratiquant. Par ailleurs, les règles épargnent au professeur un temps précieux, habituellement dépensé dans des descriptions et des instructions inutiles ;

  3. Restauration du concept archaïque de séquences enchaînées sans répétition

    Une autre caractéristique importante du SwáSthya Yôga est la restauration du concept primitif d’entraînement, qui consiste en des exécutions plus naturelles, antérieures à la coutume de répéter les exercices. L’institution du système répétitif est bien plus récente qu’on ne peut l’imaginer. Les techniques anciennes, libres des limitations imposées par la répétition, devenaient liées entre elles par enchaînements spontanés. Dans le SwáSthya Yôga ces enchaînements constituent des mouvements de liaison entre les ásanas non répétitifs non figés, ce qui prédispose a l’élaboration d’exécutions chorégraphiques.

    Ainsi, [A] la non répétition, [B] les passages (mouvements de liaison) et [C] les chorégraphies (avec ásanas, mudrás, bandhas, kriyás, etc.), sont corrélés, et constituent cette troisième caractéristique du SwáSthya Yôga.

    Les chorégraphies ne sont pas non plus une création contemporaine. Ce concept remonte au Yôga primitif, du temps où l’Homme n’avait pas de religions institutionnalisées et adorait le Soleil. Le dernier rudiment de cette sorte primitive d’exécution chorégraphique, est la plus ancestrale pratique du Yôga : le súrya namaskara !
    retour